Télécharger l'intégralité de l'intervention

Louis Fortier

Biologiste et océanographe, Canada
Directeur scientifique – ArcticNet, réseau de centres d’excellence du Canada
Directeur de la science et de l’innovation – Institut Nordique du Québec, Université Laval, Québec

L’océan Arctique en pleine mutation :
une nouvelle frontière scientifique, géopolitique et économique

D’une superficie de 15 millions de km2, l’Arctique est le plus petit des 5 océans. Pendant au moins 3,7 millions d’années, une banquise permanente de 2 à 3 mètres d’épaisseur a couvert l’océan Arctique et ses mers attenantes, dictant l’évolution de plantes et d’animaux particuliers capables de survivre dans les conditions environnementales les plus extrêmes de notre planète. Avec le réchauffement climatique, la couverture glaciaire diminue rapidement et les eaux de l’océan Arctique pourraient être dépourvues de glace en été d’ici à 2030.

De l’inéluctable déclin de la banquise à la transformation des écosystèmes marins arctiques, de l’ouverture de nouvelles voies maritimes à la cartographie des fonds marins arctiques, de la reconstitution du climat passé à la délimitation de nouvelles frontières internationales, Louis Fortier résume les conséquences environnementales, géopolitiques, économiques et sociales d’un océan Arctique dépourvu de glace pendant une partie de l’année. Des images et des vidéos spectaculaires vous permettront de rejoindre les scientifiques à bord du brise-glace de recherche CCGS Amundsen afin de comprendre l’évolution de l’Arctique canadien. En conclusion, Louis Fortier rappelle les efforts déployés pour enrayer le réchauffement climatique dans le sillage de l’accord de Paris sur les émissions de gaz à effet de serre.

Bio

Formé aux universités Laval (MSc 1979) et McGill (PhD 1983), boursier postdoctoral de l’OTAN (Plymouth, UK 1984-1985) et professeur à l’université Laval, Louis Fortier est un spécialiste de l’écologie du zooplancton et des poissons marins. En 2001, il crée Québec-Océan, le Groupe interinstitutionnel de recherches océanographiques du Québec. Il est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la Réponse des écosystèmes marins arctiques au réchauffement climatique. Il a siégé de 2005 à 2008 au Conseil de recherche en sciences naturelles et en génie du Canada.

Le climat de notre planète se réchauffe et les premiers impacts alarmants de ce réchauffement se font sentir aux hautes latitudes nord. Promoteur infatigable d’une approche multidisciplinaire et trans-sectorielle aux grandes questions scientifiques et socio-économiques soulevées par le réchauffement de l’Arctique, Louis Fortier a coordonné la participation canadienne à plusieurs programmes internationaux de recherche arctique dont le Saroma-Resolute Study (SARES) et le Northeast Water Polynya Study (NEW). Depuis 1997, il a dirigé l’Étude internationale de la polynie des Eaux du Nord (NOW, 1997-2001) et le Canadian Arctic Shelf Exchange Study (CASES, 2002-2007), deux Réseaux de recherche du CRSNG sur la réponse de l’Océan Arctique au réchauffement. On retrouve Louis Fortier à la tête du Consortium pancanadien de spécialistes de l’Arctique qui mobilise le brise-glace de recherche Amundsen grâce à la Fondation canadienne pour l’innovation. Sous son leadership, les meilleurs spécialistes des sciences naturelles, sociales et de la santé forment le Réseau de Centres d’excellence du Canada ArcticNet (2004-2018) qui a pour objectif d’anticiper les impacts du réchauffement et du développement de l’Arctique sur l’économie et les sociétés de l’Arctique canadien. En 2010, il met en place la Chaire d’Excellence en recherche du Canada sur la télédétection de la nouvelle frontière arctique canadienne et préside à la création de l’Unité Mixte Internationale Takuvik du CNRS français. En 2014, Louis Fortier et ses collaborateurs consolident le leadership du Québec en sciences nordiques en créant l’Institut Nordique du Québec dont il est le directeur scientifique et de l’innovation.

Scientifique de l’Année 2004 de Radio-Canada et Personnalité scientifique de 2005 de La Presse et Radio-Canada. Grand Diplômé et la médaille Gloire de l’Escolle de l’Association des diplômés de l’Université Laval 2006. Officier de l’Ordre du Canada 2007. Doctorat honorifique de l’université du Manitoba 2007. Officier de l’Ordre National du Québec 2008. Personnalité scientifique de 2008 Le Soleil et Radio-Canada. Médaille Stefansson du Club des Explorateurs 2009. Prix Armand-Frappier du Québec pour excellence en recherche et développement de la recherche 2010. Médaille du Gouverneur général pour la nordicité 2011. Prix de la Famille W Garfield Weston pour l’ensemble des réalisations dans le domaine des études nordiques 2012. Médaille Timothy R. Parsons pour excellence en sciences océanographiques 2012. Prix des sciences nordiques et Médaille du centenaire de l’Année polaire international 1882-1883, 2015. Prix Inspiration du Musée canadien de la Nature 2107. Légion d’Honneur française 2017.